Règles du jeu et cartons rouges

Épisode 3 de la série « Nicolas fait des analyses », consacrée à la mise en scène du genre. Un travail réalisé dans le cadre de mes études (Cours « Pop cultures et genre », Université de Neuchâtel, 2015-2016) et republié ici.

Dans l’article précédent, je me suis attardé sur le processus de fabrication de « représentations », de stéréotypes, de généralisations qui concernent hommes et femmes. Il sera question ici des rapports de pouvoir liés à cette « différentiation » . Ces rapports de pouvoir seront analysés à travers les pratiques de drague: le youtubeur Norman et le sociologue Erving Goffman ont tous deux réfléchi à ces pratiques. Que nous apprennent-ils?

Une première séquence (0:49-1:23) qui me parait intéressante dans la vidéo ci-dessus commence par la réplique suivante: « C’est hyper frustrant quand tu essaies de draguer une meuf, tu vois que c’est plutôt bien parti, et qu’au fur et à mesure de la conversation elle te fait comprendre qu’il n’y a pas moyen. Et qu’il n’y aura jamais moyen. » .  La séquence se poursuit par un plan dans lequel une femme énumère devant Norman ses critères de préférence liés aux hommes. Malheureusement pour lui, Norman n’y répond pas. Il fait la cour, la jeune femme le remballe.

Erving Goffman (2002: 62-72) a théorisé ce genre d’interactions en se basant sur l’idée suivante: les femmes appartiendraient à une catégorie sociale défavorisée et la galanterie et la cour seraient des expressions de cette condition. Le pouvoir des hommes consisterait à avoir le droit de se rapprocher des femmes et à revenir sur l’intérêt qu’ils manifestent pour elles. Celui des femmes, à accorder ou non leurs faveurs aux hommes.

Cartonrouge
« Carton rouge » – Image: commons.wikimedia.org

Comme Erving Goffman, Norman fait émerger ce modèle d’interaction. Dans la séquence évoquée, mais également à d’autres moments: lorsque Norman dit ne plus être en couple pour pouvoir draguer trois femmes et qu’elles partent (2:15-2:48), quand Norman interpelle une fille dans la rue et qu’elle continue son chemin (3:27-4:00), lorsque Norman est sceptique quant à la sincérité d’une femme qui lui accorde ses faveurs (4:25-4:48). La manière n’est pourtant pas la même. Comment le célèbre youtubeur fait-il pour mettre en avant ce modèle, même de façon implicite? En jouant sur les interactions qui ne fonctionnent pas, sur les cartons rouges qui mettent fin aux discussions, sur les « ruptures » intentionnelles ou non, ainsi que les nomme le sociologue étasunien (1973: 197-200). Ici, une femme ne s’intéresse pas à Norman et le lui fait comprendre. Fin de l’interaction. Là, une autre l’ignore. Ces « ruptures » révèlent un modèle d’interactions discutable et discuté. Mises en scène sur le mode du rire, elles suggèrent l’existence de conventions et de rapports de pouvoirs qui n’ont cependant pas valeur de loi: nous pouvons les transgresser de manière plus ou moins adroite, nous pouvons en rire.

Erving Goffman me semble particulièrement adroit pour théoriser un modèle, tout en étant conscient de ses limites. Norman, lui, invoque ce même modèle. De façon plus implicite et sur un mode léger et humoristique. Croiser leur regard peut, je crois, enrichir la compréhension des rapports de genre. Réfléchir et rire: un beau programme.


Autres vidéos de Norman contenant de nombreuses « ruptures » liées aux pratiques de drague:


Bibliographie

GOFFMAN Erving. 1973. La mise en scène de la vie quotidienne – La présentation de soi. Paris: Les Éditions de Minuit. 251 p.

GOFFMAN Erving. 2002. L’arrangement des sexes. Paris: La Dispute.115 p.

4 commentaires sur “Règles du jeu et cartons rouges

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s