Incapables

Parler, jouer, écouter, bouger, regarder, rêver. Ce serait tellement plus simple de se dire que certain·es ne sont pas fait·es pour ça.

« Tout échec d’un élève (ou même toute difficulté avec un parent) est vécu comme un échec du milieu pédagogique lui-même ou, au moins, comme un questionnement fort du travail des maîtres », écrit Yves Reuter dans Une école Freinet.

Ce serait tellement plus triste de penser que certain·es ne sont pas fait·es pour exprimer, s’amuser, entendre, se mouvoir, observer, imaginer.


Image: St. Nicholas book of plays & operettas (*)

Présences

Elle a dit: «Ce cours n’est pas rattrapable!» Pas de power point transmis par email, pas de questionnaire en ligne, pas de vidéoconférence à siroter sous la couette. Si on est absent·e, on est absent·e. Point.

De toute manière, qu’est-ce qui est «rattrapable»? Rattraper les corps en chair et en os? Rattraper les interactions dans toute leur complexité et leur finesse – qu’un écran mutile forcément? Rattraper un espace, une classe? Rattraper le temps? Au fond personne n’y croit vraiment…

Elle a dit « ce cours n’est pas rattrapable » et nos rêveries numériques ont soudain pris peur du monstre tapi sous leur lit.


Image: William Sellers & co., Illustrated catalogue and general description of improved machine tools for working metal (*)