Quand apprendre dépend des autres

Quelle est la caractéristique majeure de la coopération? L’interdépendance positive, cette façon d’être lié·e aux autres tout en ayant une responsabilité propre. Comment la mettre en oeuvre? À travers diverses habitudes de travail collectif: projets coopératifs (une pièce de théâtre?), instauration d’un esprit de classe (vive la troupe!), évaluation prenant en compte la coopération. Et d’ailleurs, comment former les groupes? Il y a plusieurs manières: l’amitié, les intérêts, la ressemblance, la complémentarité, le hasard. À quoi ça sert, tout ça? À développer des habiletés sociales en mêmes temps que des habiletés cognitives.

L’apprentissage coopératif est un ouvrage collectif qui permet de répondre à de nombreuses questions que l’on peut se poser au sujet des pédagogies coopératives. Structuré en trois sections, l’ouvrage aborde à la fois des éléments conceptuels et donne quelques pistes pratiques. On y découvre les fondements théoriques de ce type de pédagogie, leurs applications possibles et un éventail de méthodes spécifiques.

« Il y a interdépendance positive quand le succès d’une ou d’un élève augmente les chances de succès des autres. » Ce livre est un excellent compagnon pour initier un cheminement sur la voie de cette exigence. Ou se rappeler quelques fondamentaux. Un voyage en tout cas pas solitaire!


Philip C. Abrami, Bette Chambers, Catherine Poulsen, Christina De Simone, Sylvia D’Apollonia et James Howden, L’apprentissage coopératif: théories, méthodes, activités. Chenelière, 1996

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s