Siffler en travaillant

Ce matin, les élèves sont chargé·e·s de confectionner des marionnettes et de les manipuler. Un œil attentif peut aisément constater que leur concentration n’est pas totale. Diantre! Ici, quelqu’un mâche un chewing-gum en scrutant un dialogue. Là, d’autres discutent de leurs amours tout en empoignant un texte de théâtre. Ailleurs, un natel projette de la musique. Celle prévue pour la scène, m’assure-t-on.

L’enseignant·e rêve parfois d’une implication sans concession des élèves. Cette dévotion fantasmée se heurte le plus souvent à un grave constat : rêveries et bavardages, francs ou voilés, manquent rarement à l’appel. C’est grave, docteur?

Lire la suite « Siffler en travaillant »

Vrrrrrrrrrrrrouuuum!

«Mario Kart 64» est un jeu de course sur Nintendo. Je me souviens des «raccourcis», qui pouvaient d’un coup nous faire gagner plusieurs rangs au classement général. Il fallait connaitre les trucs. Sauter au bon moment sur tel tremplin. Emprunter tel tunnel à peine visible.

Bernard Grosjean, c’est un raccourci Mario Kart. Il y a des gens comme ça. Qui passent leur vie à lire et expérimenter, réfléchir et théoriser. Et qui vous pondent un bouquin, sorte de mélange entre la Bible et une recette Betty Bossi. Je vous présente «Dramaturgies de l’atelier-théâtre» de Bernard Grosjean. Il y a des gens comme ça. Qui vous font prendre 40 ans d’expérience en 144 pages. BAM!

Parfois je pense à tous les Bernard Grosjean que je n’ai pas encore rencontrés. Et je me sens heureusement encore ignorant. Et pas si vieux qu’ça!

Cher Fabrice,

J’aurais voulu avoir huit enfants et les emmener chaque soir au Théâtre Am stram gram que tu diriges. Ce rêve ne se réalisera pas puisque tu pars. Est-ce que tu perçois la tristesse dans ma voix quand je dis ça ? Je me console en me disant que de toute manière l’arc jurassien dans lequel j’évolue est un peu à Genève ce que Vladivostok est à Moscou. Une consolation, c’est un mensonge habillé en robe de soirée rouge.

Le programme de ta dernière saison est sorti hier. J’aurais tellement aimé emmener les gamins au Prince de la terreur, contempler Pinocchio et danser comme des fous sous la boule à facettes de la boom littéraire. Avec la tribu de marmots on aurait ri, pleuré, eu un petit peu peur, on aurait été très en colère et on aurait hurlé de rire. Oui tout ça. On aurait bu un sirop grenadine.

Lire la suite « Cher Fabrice, »

« Enseigner et apprendre le théâtre ». Réflexions personnelles

Cet été j’ai découvert certains écrits du psychologue humaniste Carl Rogers. Notamment un chapitre de « Liberté pour apprendre » intitulé « Enseigner et apprendre. Réflexions personnelles. » Le chercheur y énumère ses convictions sur l’enseignement et l’apprentissage et invite la lectrice ou le lecteur à « consigner par écrit pour lui-même certaines de ses croyances les plus profondes, même si elles manquent de certitude, sur le processus éducatif » . L’invitation m’a semblé trop belle pour être refusée. Le résultat est à découvrir ici.

Quelques précisions avant de démarrer ces variations autour de la pédagogie du théâtre. Qualifier ces réflexions de « personnelles » me semble premièrement un petit peu exagéré. Parce qu’elles ont notamment émergé dans la rencontre et la discussion avec d’autres.

Dire ensuite que je n’ai pas le sentiment que ces pensées sont particulièrement originales. Car sous leurs apparences de grands principes elles se matérialisent certainement dans de très petites choses. Quotidiennes et banales. C’est mises bout à bout que ces propositions me semblent peut-être avoir de l’intérêt.

Par ailleurs je n’aurais certainement pas écrit exactement ceci il y a deux ans et je n’écrirai probablement pas exactement cela dans deux ans. Ce sont donc des conclusions provisoires.

Enfin, heureux hasard de calendrier, l’écriture de cet article correspond à peu près au premier anniversaire de ce blog dédié à la pédagogie et la médiation théâtrales. C’est pourquoi je me permettrai d’indiquer si un article écrit lors de cette année fait écho à telle ou telle proposition. L’occasion pour moi (et pour vous?) de faire le point sur des réflexions récurrentes. Pour ne pas dire des obsessions.

Lire la suite « « Enseigner et apprendre le théâtre ». Réflexions personnelles »