Génération fantôme

Génération fantôme

Le monologue qui suit est issu de la pièce de théâtre « Génération fantôme » de Camille Rebetez.  Publiée en 2019 aux Éditions Passage(s), l’œuvre résonne avec la crise sanitaire, politique et existentielle actuelle. Cette seizième scène particulièrement!

Et plus loin, en écho, un portrait de l’auteur et du processus de création de ce spectacle fabriqué avec une trentaine d’élèves.


16. Génération fantôme

PAR CAMILLE REBETEZ

(Blanche tient toujours son chien en laisse. Durant ce monologue, certain-es Fugueur-euses, la rejoignent.)

BLANCHE – Vivre une crise. Une vraie grande crise qui nous oblige. Vivre un autre état du monde.

Yeux dans les yeux avec le vide.

Ne plus jamais sortir d’un shop de station d’essence avec un Kinder Bueno, comme un toxico qui s’envoie son dernier shoot de plaisir raté avec la nuit.

Voir des étagères vides, des pénuries.

Lire la suite « Génération fantôme »

Apprendre à jouer dans un décor instable

En quelques jours l’école doit se réinventer. Les enseignant·e·s se familiarisent avec des outils informatiques encore inconnus 24 heures auparavant. Les élèves sont contraint·e·s de gérer au mieux leur organisation – tâche ô combien difficile pour certain·e·s. Tout à coup les règles du jeu changent. On en oublie certaines. On en ébauche d’autres. Dans une urgence plus ou moins marquée.

Et si cette crise sanitaire mettait à l’épreuve notre capacité d’adaptation? Notre résilience?

Et si d’une certaine manière elle préparait élèves, étudiant·e·s, voire individus en général à évoluer dans un monde bouleversé et bouleversant? Cet apprentissage souterrain ne figure pas au programme scolaire officiel. Effectuée notamment à travers la réorganisation rapide de l’école (mais pas forcément grâce à elle), l’initiation pourrait s’avérer précieuse pour affronter le futur qui vient.

Récemment, le secrétaire général de l’ONU a qualifié la crise de « plus grand défi pour nous depuis la Seconde Guerre mondiale ». Sans s’attarder trop en détails sur l’ethnocentrisme d’une telle affirmation, ce propos met en lumière un constat: nous avons peut-être remarqué que nous ne naviguons plus dans les eaux tranquilles de l’Europe post-Guerre Mondiale (aisée et blanche). Mais nous sentons que nous voguons dans une mer légèrement plus tumultueuse.

Alors, regretter le temps jadis?

Alors, rejouer les gammes de la compétition?

Alors, pleurer les espoirs de nos grands-parents?

La maison avec la piscine.

Le 4×4 et les vacances en Thaïlande.

Alors, prier pour le retour du soleil?

Ou alors, fabriquer des boussoles?

Alors, apprivoiser comme on peut cette tempête?

Lire la suite « Apprendre à jouer dans un décor instable »

Bricoler en ces temps mouvementés

C’est la même histoire. Même s’il y a deux manières de la raconter.

Crise sanitaire. Nous devons désormais enseigner le théâtre – cet art des corps en présence – à distance. Barricadé·e·s derrière nos écrans d’ordinateur. Première réaction: on se dit que ce n’est pas possible. On se braque. On marmonne. Et on maudit. C’est le printemps cependant et au fil des heures ou des jours germent de nouveaux dispositifs auxquels on n’aurait pas pensé auparavant. Ici on misera par exemple sur de l’écriture à travers la création d’un concept de costumes. Là on évoquera l’existence du théâtre radiophonique. L’obsession: comment continuer à partager des mots et à créer du commun?

C’est une histoire qui se raconte aussi autrement. Le jardin botanique est mon lieu de pèlerinage hebdomadaire. Pittoresque, non? L’autre jour nous nous sommes pourtant heurtés à une grille fermée. Du jamais vu! Ce doit être un lieu de regroupement. Comme le théâtre. Endroits désormais désertés. Nous avons dû rebrousser chemin. Retourner dans l’ombre de l’appartement ou trouver autre chose? Plutôt longer la lisière de ce jardin botanique! Cette promenade le long d’une digue nouvelle nous a menés sur un rocher dans les hauteurs de la forêt. Un coucher de soleil digne d’une carte postale s’est déployé dans le ciel. Et c’est une vue à laquelle nous n’aurions pas assisté au fin fond de notre jardin.

Je ne sais pas très bien comment formuler cette impression. Peut-être: nos ruisseaux trouvent toujours une voie par laquelle s’écouler – peu importe les barricades de brindilles et de cailloux au chemin.

Un seul doute persiste néanmoins. Quand trahissent-ils leur source?


Pour aller plus loin:

Série d’articles « Ce que le confinement fait au théâtre » (lire l’appel à contributions)