Manifeste

Première Ministre, Margaret Thatcher n’enfila pas spécialement de gants. Maire de Paris, Jacques Chirac démocratisa la motocrotte. Moi, Président de la République, je décréterai le théâtre obligatoire à l’école.

Pour que se déplient nos corps. Pour se faire des croche-pieds sur des alexandrins, se relever et exploser d’un grand rire clownesque. Pour que nous soyons debout dans la lumière. Puis assis·es dans l’ombre. Pour que le mot devienne une parole. Et la parole un mot. Pour dire ce que d’autres ont écrit et écrire ce que d’autres ont vu. Pour s’abriter sous la peau d’une héroïne ou d’un criminel, d’une crapule ou d’un empereur. Pour répéter. Répéter. Répéter. Pour composer un monde. Pour faire ensemble, faire avec, faire semblant que tout ça c’est du sérieux.

Et parce que les gens sont quand même plus beaux sur scène. Ne demandez pas pourquoi. Mystère!

Prétexte

– Et tu as dessiné quoi, à la crèche?

– Ben rien! J’ai juste dessiné.

Cela fait sérieux: on affirme qu’on a un message à transmettre. Que c’était une nécessité, une urgence existentielle de s’emparer de ce thème, précise-t-on avec la voix grave, un peu tremblante, le regard à l’horizon et l’écharpe indomptable.

Jouer une histoire. L’adulte pense que l’histoire c’est le texte. Et jouer, un prétexte. L’enfant à l’intérieur le regarde avec tendresse et se dit qu’un jour, sans doute, l’adulte apprendra.

Incapables

Parler, jouer, écouter, bouger, regarder, rêver. Ce serait tellement plus simple de se dire que certain·es ne sont pas fait·es pour ça.

« Tout échec d’un élève (ou même toute difficulté avec un parent) est vécu comme un échec du milieu pédagogique lui-même ou, au moins, comme un questionnement fort du travail des maîtres », écrit Yves Reuter dans Une école Freinet.

Ce serait tellement plus triste de penser que certain·es ne sont pas fait·es pour exprimer, s’amuser, entendre, se mouvoir, observer, imaginer.


Image: St. Nicholas book of plays & operettas (*)

Prof ou élève, qui tient le volant?

On a le réflexe – moi y compris – de penser que sur les routes sinueuses de l’apprentissage c’est l’enseignant·e qui conduit le véhicule et les élèves qui s’agitent à l’arrière en mâchant des chewing-gums et en écoutant de la trap à fond. Et puis on lit Carl Rogers qui sous-entend qu’en fait prof, c’est pas conducteur·trice. C’est garagiste.

Lire la suite « Prof ou élève, qui tient le volant? »