Un sac rempli de paradoxes

Comme élève, j’appréciais jouer à des jeux avec éliminations, participer à des concours et perdre ou gagner à la « balle à deux camps ». Comme enseignant, j’ai beaucoup de peine à mettre en place des activités dont le moteur est la compétition. C’est plus fort que moi: ça m’angoisse.

Comme élève, j’adorais écouter certain·e·s profs parler pendant des heures et des heures de sujets passionnants. Comme enseignant, j’ai l’impression d’être une imposture quand mon discours dure plus de 30 secondes.

Comme élève, je trouvais la perspective d’obtenir une bonne note terriblement stimulante. Comme enseignant, je suis assez sceptique quant aux bienfaits globaux de l’évaluation.

Désespéré, j’ai endossé un sac rempli de paradoxes et suis sorti trouver un psy. Mais au coin d’une rue, je me suis fait un croche-pied sur une formule du philosophe Edgar Morin, qui considère la contradiction comme « la structure même de notre monde ». Je suis rentré chez moi. Depuis mon sac traine à côté de mon lit.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s