La règle d’or pour écrire une critique de théâtre

Vous rongez votre stylo devant un page désespérément blanche. Vous hésitez à vous lancer dans l’écriture de votre première critique de spectacle. Parce qu’hier soir vous avez vu une mise en scène qui vous a bouleversé·e. Et vous avez développé un point de vue sur ce spectacle qui va être une véritable révélation pour l’humanité toute entière.

Genre une bombe nucléaire littéraire.

Seulement, vous ne savez pas par où commencer. Alors à mesure que les jours avancent vous rongez votre stylo qui fond comme une bougie. Et ça, franchement, c’est triste.

Heureusement, la lecture de cet article vous permettra de noircir enfin cette page. Ô joie!

Notizblock_mit_Stiften_(29095643554)J’ai eu la chance de participer à l’Atelier critique – un cours donné à l’Université de Lausanne où on apprend à rédiger des textes à propos de spectacles joués en Suisse romande. Lors du premier rendez-vous, notre prof a donné une définition de la critique théâtrale qui m’est restée en tête.

(Roulements assourdissants de tambours)

Une définition que voici: la critique est un jugement argumenté.

(Tadaaaaam!)

Mais ça veut dire quoi m’dame?

Tout le monde a un avis (et c’est très bien comme ça)

D’abord, ça veut dire qu’il ne suffit pas de juger pour être un·e bon·ne critique. Il ne suffit pas d’écrire « une mise en scène magnifique », « j’aime pas » ou « un jeu envoûtant » pour écrire un bon texte. Parce que ça, franchement, tout le monde peut le faire.

Et heureusement.

Dire "j'aime"... et argumenter!
Dire « j’aime »… et argumenter!

Dans son ouvrage « Le maitre ignorant » , le philosophe Jacques Rancière avance une idée à la fois simple et révolutionnaire: tous les humains sont égaux en intelligence.

En résumé, il affirme que nous possédons toutes et tous la capacité de faire des liens entre ce que nous connaissons déjà et ce qui est nouveau pour nous. Cette compétence fondamentale, c’est l’intelligence. Et comme nous en faisons toutes et tous usage au quotidien, il n’y a personne qui peut se vanter d’être plus intelligent·e.

Si vous voulez réformer l’enseignement, lisez ce bouquin.

« Apprendre quelque chose et y rapporter tout le reste d’après ce principe: tous les hommes ont une égale intelligence » (Jacques Rancière, Le maitre ignorant, p. 34)

Bref. Tout ça pour dire que ce n’est pas parce que vous écrivez une critique que vous êtes plus intelligent·e que les autres, que votre point de vue sur le spectacle a plus de valeur qu’un autre, que vous êtes super fort·e et que les autres n’ont décidément rien compris à la vie alors vous allez vous exiler sur une montagne lointaine et élever des alpagas aux poils drus pour vous fabriquer des slips en laine et vous n’aurez bientôt plus que ces culottes qui grattent pour pleurer. Et ça aussi, franchement, c’est triste.

Vous critiquiez? Et bien argumentez maintenant!

Non, ce qui fait que la valeur d’un-e critique, ce n’est pas sa capacité à donner son avis sur tout et n’importe quoi. Pour ça il y a déjà votre arrière-grand-oncle. Ce qui fait la valeur d’un·e critique, c’est sa capacité à argumenter.

Rappelons-le: la critique est un jugement argumenté!

Dire « c’est bien » ne suffit pas. Expliquer pourquoi « c’est bien », c’est mieux. Voilà la règle d’or: argumentez! Par conséquent:

  • N’écrivez pas seulement « une mise en scène magnifique ». Expliquez pourquoi elle est magnifique.
  • Ne vous contentez pas d’un « j’aime pas ». Décrivez les éléments qui font que vous n’aimez pas.
  • Et développez les critères sur lesquels vous vous basez pour affirmer que le jeu est « envoûtant ».
Tableau_noir_avec_maths_à_Thiès_-_01
La critique, presque un raisonnement mathématique!

C’est ici que ça devient intéressant: dans les détails. Et c’est là que vous avez quelque chose à apporter à vos lecteur-trice-s: une sensibilité ET une manière de raisonner qui vous sont propres.

L’observation

La_microscopDernier point: pour argumenter, il faut préalablement avoir observé. Un·e commissaire de police qui baserait son enquête sur des idées et non sur des faits serait vite renvoyé·e.

Votre enquête sera également plus forte si elle est construite sur des observations, des descriptions, des contextualisations.

C’est le moment énigme. Vous préférez:

  1. La musique de Strudelovitch est tout simplement divine. Ce compositeur passionné a su faire émerger des entrailles de la terre de célestes notes qu’il a assemblées pour offrir ce collier de perle à une assemblée humaine renaissante.
  2. Strudelovitch s’est inspiré de gammes religieuses indiennes pour écrire sa musique. C’est ce qui confère à son art un côté divin.

Indice: quel jugement est argumenté?

Oui, le deuxième. Ce que vous perdrez en lyrisme, vous le gagnerez en force de conviction.

Alors, prêt-e à vous lancer maintenant? La lecture de quelques exemples vous donnera des pistes: le site de l’Atelier critique, votre journal préféré, un magazine culturel.

Et soyez critique à la lecture de ces critiques!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s