Jeux d’échauffement: comment ne pas éliminer?

La semaine dernière, j’avouais une passion retrouvée pour les petits jeux d’échauffement. Mais qu’on se rassure! Cette libération de pulsions refoulées s’inscrit dans un cadre: je suis quasiment intransigeant sur la question de l’élimination. Voire psychorigide.

Tout le monde se met en cercle! Les pieds bien ancrés dans le sol et les bras le long du corps. Pan! Le jeu commence. Et puis, celles et ceux qui ne connaissent pas encore très bien les règles s’assoient. Éliminé·es également celles et ceux qui sont un peu moins rapides. S’ajoutent à ces exilé·es Marie-Antoinette, qui regardait par la fenêtre, et un Jean-Saphorin affalé. Clac. Vroum. La petite musique de la compétition.

Alors comment transformer un jeu avec éliminations en une activité sans exclusion?

Même si j’ai moi-même eu du plaisir à y participer, je suis incapable d’animer une activité avec éliminations. « Objection! », scande la défense. « Perdre fait partie de la vie. Et la potentialité de l’élimination génère de l’enjeu. »

C’est vrai. Mais trois arguments font pencher mon coeur du côté des jeux non éliminatoires.

  1. Un jeu d’échauffement duquel des personnes sont exclues après quelques instants est plutôt refroidissant, contrairement à ce que son titre laisse présager.
  2. Un jeu avec éliminations ne favorise pas tellement l’esprit d’équipe, puisqu’il trie et hiérarchise.
  3. Un jeu compétitif place l’animateur·trice dans la posture délicate d’un·e juge dont les erreurs d’évaluation peuvent déboucher sur de petites rancoeurs.

Il y a quelque temps, j’ai adopté une technique qui m’a permis de recycler de vieux jeux enterrés dans des tiroirs. Je demande au groupe de former deux cercles distincts. Le jeu se déroule dans les deux cercles de façon indépendante. Mais lorsqu’un·e participant·e estime avoir commis une erreur (il faut être intransigeant·e avec soi-même!), elle ou il change de cercle pour poursuivre le jeu dans l’autre rond. Pas d’arbitrage externe! Ce qui permet à l’animateur·trice d’endosser le rôle de joueur·euse. Ce qui crée un joyeux moment d’horizontalité. Le but ultime? Rester toujours à sa place. À la fin, je demande à celles et ceux qui n’ont jamais changé de cercle de lever la main.

Cette formule permet de valoriser certaines habiletés sans exclure personne. Car qui a dit que l’absence d’éliminations était une carence d’exigence?

Sur le même sujet: Organiser un concours, fausse bonne idée?


Image: David Cambell, Illustrations of prophecy : particularly the evening and morning visions of Daniel, and the apocalyptical visions of John (*)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s