Pour ou contre les jeux d’échauffement?

Parmi les animateur·trices de théâtre, il y a deux camps d’extrémistes qui se livrent une bataille sanguinaire. Depuis des millénaires. À ma droite, celles et ceux qui conçoivent leurs cours comme une succession d’échauffements, de pirouettes techniques et d’exercices ludiques. À ma gauche, les obsédé·es du spectacle, du projet, des scènes à passer et à retravailler.

Comment les distinguer? Les jeux! Les premier·ères passent une bonne partie de leurs ateliers à faire des jeux. Les second·es ne jurent que par le travail sur le plateau.

Alors faut-il commencer son cours de théâtre par un «clap», un «vroum-clac-coucou» ou un «samouraï»?

Ce qui est désespérant avec les jeux d’échauffement, c’est que les participant·es ne semblent se rappeler que de ça quelques années plus tard. Alors que votre cours sur l’alexandrin chez Racine était tout à fait poignant. Je suis d’accord.

L’approche de Bernard Grosjean consiste grosso modo à structurer l’entier de son atelier autour de la fiction que l’on met en jeu. Et c’est un mécanisme puissant. Je suis d’accord.

C’est pour ces raisons que j’ai eu tendance à laisser de côté ces jeux d’échauffement tant réclamés par les élèves: ces activités me semblaient être une perte de temps. Pas utile à la réalisation du projet.

Je les ai réintroduits à petites doses pour plusieurs raisons :

  1. Le recours à un jeu en début d’atelier est un rituel structurant. Une constante qui existe et qui rassure peu importe le projet que l’on mène.
  2. Leur côté gratuit et léger permet d’instaurer une ambiance positive – festive parfois. Il favorise, au fil des semaines, une certaine désinhibition.
  3. S’ils ne sont pas éliminatoires, les jeux permettent de favoriser l’esprit d’équipe et la cohésion de groupe. Ils fabriquent de la participation et de la réussite.

Bref, l’hypothèse est que ce rituel collectif a priori insouciant a néanmoins des effets bénéfiques sur le projet à long terme. Même si échauffement et spectacle à monter ne sont pas directement liés. C’est paradoxal. C’est la vie.

Et de votre côté, les jeux d’échauffements, c’est un peu, beaucoup, passionnément, à la folie… ou pas du tout?

Un commentaire sur “Pour ou contre les jeux d’échauffement?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s