L’effet papillon

Dans les conservatoires, la présence sur scène.

À la cérémonie des Molières, la présence sur scène.

Et dans l’œil des critiques, la présence sur scène.

Un·e comédien·ne qui fait ses premiers pas – et certain·e·s les font toute leur vie -, c’est toujours un papillon épinglé un peu violemment par la lumière des projecteurs. Ou le regard du public. Il y a dans ces balbutiements une fragilité qui balaie d’un mouvement d’aile toutes les convictions officielles.

J’aime cette présence fissurée.

Les regards hésitants.

Et les mots porcelaine.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s