L’improvisation comme intelligence

« L’intelligence, tout le monde peut ou devrait théoriquement l’avoir, et l’a par naissance. C’est une simple question de bon sens. Et je dirais même d’improvisation. » Tombé récemment sur une archive de Christian Bobin dans l’émission « Initiales » d’Espace 2, je suis frappé par la justesse de ce rapprochement entre improvisation et intelligence.

Chaque jour nous improvisons. Oui, nos comportements sont structurés par des schémas. Nous savons globalement mettre un pied hors du lit. Nous savons nous brosser les dents. Nous savons mener une conversation. Et en même temps, aucun réveil, aucun brossage de dents et aucune conversation n’est totalement identique. Chaque geste est unique. Chaque parole improvisée.

Le jeu des conventions

Dévoué à la fois à la sociologie et au jazz, Howard Becker formule dans « Les mondes de l’art » cette idée avec le doigté d’un pianiste sensible: « Chaque oeuvre d’art donne le jour à un monde unique sous certains rapports, qui allie beaucoup de données conventionnelles à quelques éléments novateurs. Sans les premières, elle deviendrait inintelligible. Sans les seconds, elle serait insipide […] ».

Pratiquer l’improvisation théâtrale, musicale ou autre, c’est exercer et actualiser cette intelligence de la vie. Une intelligence composée de conventions et d’innovations. D’où la pertinence notamment de s’adonner à des formes artistiques à l’école!

Parce que les enfants savent jouer.

Un commentaire sur “L’improvisation comme intelligence

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s