Il faut tout un village pour élever un enfant

L’autre jour une brocante fermée tirait sa langue composée de livres exposés. Un titre m’attire: « Il faut tout un village pour élever un enfant ». Je glisse deux francs dans la boite. Je n’ai pas lu le livre parce que la couverture me suffit amplement.

C’est vrai ça, pour élever un enfant, il faut:

  • À choix: une maman et un papa, un papa, une maman et une maman, une maman, un papa et un papa, etc.
  • Dans tous les cas: des adultes qui cuisinent, lisent des histoires puis s’écroulent dans leur lit à 21h02.
  • Une belle brochette de tantes ou d’oncles.
  • Des bras qui bercent et des bouches qui chantent.
  • Une crèche, des nounous, Papi, Mamie.
  • Des profs qui suscitent la lecture ou le calcul.
  • D’autres marmots.
  • Des cons – on se construit en s’opposant aussi!
  • Des peluches qui parlent, oui beaucoup de peluches qui parlent.
  • Des voisins sympas ou bizarres.
  • Des conflits entre petit·e·s et des grandes personnes qui croient les résoudre alors qu’ils et elles ne font qu’empirer la situation.
  • Les collègues d’une maman, d’un papa. Leurs potes.
  • Un élément central (et je ne rigole pas!): les gens en orange qui travaillent dans la rue. C’est l’école de la contemplation.
  • Des becs roses et des colères noires.
  • Des petites soeurs ou des cousins éloignés, réel·le·s ou inventé·e·s.

Oui, il faut tout un village pour élever un enfant.

La formule s’applique aussi évidemment à d’autres domaines. Pour créer un spectacle, il faut par exemple:

  • Des gens qui éclairent.
  • Un·e auteur·e.
  • Des mains qui applaudissent.
  • Un·e metteur·e en scène.
  • Quelqu’un qui vend des billets.
  • Une dame qui colle des affiches.
  • Des comédien·ne·s.
  • Un monsieur qui joue de la harpe.
  • Quelqu’un qui imprime l’affiche que colle la dame.
  • Une tribu qui s’affaire derrière le bar à la sortie: vin rouge, limonades et chips nature.
  • Quelqu’un qui conçoit l’affiche imprimée par quelqu’un pour que la dame puisse la coller.
  • Des gens habillés en noir qui butinent on ne sait quoi dans les parages de la scène.
  • Un type qui écrit que le spectacle était super.

Bref. Il faut tout un village pour créer un spectacle.

Qu’est-ce que l’éducation artistique, la médiation théâtrale, l’action culturelle, ce truc qu’on n’arrive pas vraiment à nommer mais après quoi on court? C’est quand on se rend compte en observant avec attention la carte du monde que le village qui crée est en fait le même que celui qui élève.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s